19 mars 2015

À ma place

À quoi ressemble la voix de votre enfant ?
De quelle couleur sont les yeux de votre enfant ?
La dernière fois que vous avez posé les yeux sur votre enfant, que faisait-il ?
Même s'il est peut-être déjà grand ou loin de vous, imaginez ce que fait et où se trouve votre enfant en cet instant.

...

Peut-être avez-vous compris, à la lecture de ces quelques lignes, où je voulais en venir. Dans le doute - et parce que, même si les choses vont parfois sans dire, elles vont toujours mieux en le disant - je vais expliciter ma pensée : je voulais simplement qu'en lisant ces quelques questions ou suggestions vous pensiez à mes réponses.

Je ne sais pas et ne saurai jamais à quoi ressemble la voix d'Élise : je ne l'ai jamais entendue.
Je ne connais pas et ne connaîtrai jamais la couleur des yeux d'Élise : je ne les ai jamais vus.
La dernière fois que j'ai posé les yeux sur Élise, elle était dans un cercueil long de 70 cm et le couvercle se refermait sur elle.
Quand j'imagine où Élise se trouve en ce moment, je me dis qu'il ne doit pas rester grand-chose d'elle au fond de son cercueil.

Combien de temps faut-il à un corps humain pour se décomposer ? 18 mois doivent largement suffire à un corps si petit, si fragile, si vulnérable.

Réflexion

Posté par Tannabelle à 10:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


Pourquoi j'allaite ?

Parce que les industriels n'arriveront pas à me convaincre que le lait maternel n'est pas la meilleure chose à donner à mon enfant !

Voyez plutôt...

Lait

Première restriction
après le vôtre = il y a mieux que ce que nous voulons vous vendre !

Deuxième restriction
probablement = ce (qui suit) n'est pas certain !

Troisième restriction
l'un des meilleurs laits = nos concurrents font aussi bien que nous !

J'ai beau ne pas être une as du marketing, ce slogan - bien qu'honnête - me semble tout de même contre-productif ! ^^

Posté par Tannabelle à 10:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 mars 2015

18

Il y a 18 mois, jour pour jour, nous étions un "18" aussi.
Il y a 18 mois, jour pour jour, nous étions un mercredi aussi.

Il y a 18 mois, heure pour heure, nous pouvions encore changer d'avis.
Il y a 18 mois, heure pour heure, nous pouvions encore faire machine arrière.
Il y a 18 mois, heure pour heure, nous pouvions encore préférer la vie à la mort.

Il y a 18 mois, jour pour jour, heure pour heure, tu étais encore vivante.

Réflexion