12 juillet 2013

Préparation à la naissance - Épisode 1

Vendredi dernier, c'était notre première séance de préparation à l'accouchement. Comme mon mari était en vacances, il a pu m'accompagner mais ce ne sera pas le cas les prochaines fois puisque toutes les séances ont lieu le vendredi matin. Or, comme il doit déjà s'absenter souvent de son travail (sous l'oeil bienveillant et compréhensif, heureusement, de ses responsables et collègues) pour les rendez-vous avec les médecins, il ne peut pas abuser et sera bien obligé de sacrifier ces rendez-vous-là.

Comme il paraît que les grumeaux sont souvent pressés et que nous risquons, selon la décision que nous prendrons, de devoir déclencher un accouchement prématuré, nous avons intégré un groupe de futurs parents dont les bébés doivent arriver plusieurs semaines avant les nôtres, comme en a attesté le "tour de tapis" de début de séance.

Une bonne surprise dès le début (que nous avons découverte en nous inscrivant quelques jours avant) : je connais et apprécie la sage-femme qui anime ces séances de préparation. Avant de "tourner" dans d'autres services, elle travaillait en effet dans le service d'AMP au début de notre parcours et j'avais alors eu le plaisir de découvrir une femme humaine et attentionnée.

Dans notre groupe, uniquement des premières grossesses et des âges relativement proches, autour de 30 ans, avec une exception : une jeune fille de 17 ans aussi paumée que touchante (en l'écoutant et en l'observant, je n'ai pu m'empêcher de me demander comment j'aurais vécu la situation, il y a 10 ans...).

Après les présentations des couples et futures mamans présents, la sage-femme a expliqué/rappelé le fonctionnement du corps pendant la grossesse et l'accouchement, avant de nous laisser poser nos questions sur l'accouchement. A mesure que j'écoutais les interrogations des autres futures mamans, dont certaines rejoignaient les miennes, et les réponses de la sage-femme, je sentais ma gorge se nouer, à cause d'une question qui m'obsédait mais que je ne voulais pas poser devant tout le monde, d'une part pour ne pas attirer la curiosité des autres sur notre histoire, d'autre part pour ne pas plomber l'ambiance. Et puis quand les questions ont tourné autour de la césarienne (sans rapport direct avec ma question, pourtant. Les autres ont dû croire que je redoutais la césarienne ; s'ils savaient...), je n'ai plus su retenir mes larmes et me suis effondrée jusqu'à ce que je me décide à sortir de la salle pour reprendre mes esprits.

La sage-femme, avec qui nous avions évoqué la drôle de grossesse que nous vivons lors de notre inscription à ces séances, nous a alors rejoints dans la salle d'attente pour me réconforter. J'ai d'autant plus apprécié son soutien qu'elle sait de quoi il s'agit puisqu'elle a elle-même vécu un deuil périnatal. Et avant que nous ne retournions dans la salle, j'ai obtenu ma réponse de sa bouche : "physiquement, ça ne fait aucune différence". Ma question, c'était : "ça fait quoi, d'accoucher d'un bébé vivant et d'un bébé mort à la suite ?"

Après cette petite interruption, la séance a repris son cours normal, entre explications techniques et conseils pratiques, notamment sur le massage périnéal à commencer quelques semaines (voire mois) avant l'accouchement afin de limiter les risques d'épisiotomie.

Malgré l'intermède lacrymal, entre démystification de l'accouchement et réelle préparation à la fois physique et psychologique, le bilan de cette première séance est positif, d'autant plus que ce type de préparation permet de normaliser la grossesse, ce que n'auraient pas permis les séances individuelles que la sage-femme m'a proposées avec une intention tout-à-fait louable.

Prochaine séance : début août, au retour de vacances de la sage-femme. D'ici là, nous allons tenter, en complément, la préparation en piscine, histoire de varier les plaisirs !

Posté par Tannabelle à 21:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


La liste de mes envies

Je viens de finir La liste de mes envies, de Grégoire Delacourt.

Avec tout le tapage qui en a été fait, l'adaptation cinématographique en cours avec Marc Lavoine et Mathilde Seigner, l'histoire qui se passe chez moi (le Pas-de-Calais) et même dans une ville que je connais bien pour y avoir fait mon lycée (Arras) et lbuzz autour du dernier roman de l'auteur, je me suis laissée tenter par ce best-seller.

image

En quelques mots, j'ai été déçue, malgré le pitch accrocheur. Pas par le style - plutôt bien écrit et agréable quoiqu'un peu saccadé par moments - mais par l'histoire - trop triste, mélancolique et "désillusionnée" à mon goût - et par l'ambiance - trop pleurnicharde et nombriliste.

J'avais quitté, en plein milieu, une série de quatre romans légers et drôles pour me tourner vers ce (très court) roman afin de changer un peu d'ambiance et de varier les plaisirs mais peut-être que ce n'était tout simplement pas le genre de livres dont j'ai besoin en ce moment.

Il faut dire que la référence discrète mais permanente au troisième enfant de l'héroïne, une petite fille mort-née (élément dont j'ignorais l'existence jusqu'à ce que je commence ma lecture) n'a pas dû aider le livre à remplir la mission d'évasion que je lui avais confiée...

Posté par Tannabelle à 19:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

Un bonnet pour Élise

Même si on ne sait pas encore quel destin aura Élise, je n'ai pu m'empêcher de commander ce bonnet de petite fille à ma mère, seule exception à la règle que nous nous sommes fixé, à savoir ne pas trop anticiper sur les achats, l'ameublement, les vêtements, etc. tant que nous ne savons pas si nous accueillerons un ou deux grumeaux.

image

J'espère de tout mon coeur de presque-maman que nous n'aurons pas à le détricoter...

Posté par Tannabelle à 11:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

1, 2, 3, 4 chaussons !

Ça y est : les 4 chaussons sont terminés... après quelques semaines sans y toucher et avec l'aide de Mamoun', bien sûr !

image

Posté par Tannabelle à 11:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 juillet 2013

Conjuguer le futur au passé

Hier, profitant de notre séjour dans notre région natale, nous sommes allés sur la tombe des grands-parents paternels de mon mari, enterrés - par hasard - à quelques kilomètres de la maison de vacances de mes parents.

Nous essayions déjà d'avoir des enfants alors qu'ils étaient encore là mais ils sont partis trop tôt pour me voir enceinte. Nous nous étions alors promis d'aller annoncer la bonne nouvelle lorsqu'elle se présenterait à tous nos grands-parents qui ne sont plus de ce monde. Malheureusement, le début de grossesse m'a forcée à rester à domicile et cette semaine dans le Pas-de-Calais est ma première sortie depuis que je suis enceinte : nous n'avions donc pour l'instant pas pu honorer notre promesse.

Lorsque je me recueillais sur la tombe de mes "beaux-grands-parents" hier, plusieurs choses m'ont traversé l'esprit :

  • Nous vous avions promis de venir vous voir lorsque je serais enceinte : nous sommes là.
  • Je n'aurai certainement pas l'occasion de venir sur la tombe de mes grands-parents maternels avant la fin de la grossesse et ça me déchire le coeur.
  • Si Élise ne vient pas, elle sera enterrée loin de notre Normandie d'adoption et nous ne pourrons pas lui rendre visite souvent.
  • La prochaine fois que je me rendrai dans un cimetière, ce sera peut-être pour ma propre fille...

Posté par Tannabelle à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


09 juillet 2013

Bidon du 9 juillet

Et dire qu'il me reste 3 mois à tenir ;-)

09 juillet 2013

Côté Élise :-)

Posté par Tannabelle à 22:17 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

Ça bouge, là-dedans !

Cela fait déjà quelques semaines que j 'ai perçu les premiers soubresauts des grumeaux et plusieurs jours que j'ai ressenti leurs premiers petits coups mais c'est ce soir que j'ai vu, pour la première fois, des vaguelettes se dessiner sur mon ventre :-)

Et même que le papa a lui aussi assisté à cette première représentation !

Posté par Tannabelle à 22:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 juillet 2013

C'est qui, lui, déjà ? Elle fait quoi, elle, au fait ?

Si vous voulez savoir qui est qui parmi les spécialistes qui nous suivent, j'ai créé une page spécialement pour ça ici.

Posté par Tannabelle à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Le vendredi, c'est neuro-pédiatrie - Épisode 2

Suite à l'échograhie de mercredi, nous avons à nouveau rencontré le Professeur Marret, spécialisé en neuro-pédiatrie.

Comme nous nous y attendions, il n'a pas pu nous donner beaucoup plus d'infos ou de réponses. L'évolutivité de la dilatation n'est pas bon signe mais il est de toutes façons trop tôt pour entreprendre quoi que ce soit. La seule chose à faire est de surveiller cette dilatation avec une échographie toutes les deux semaines.

Il est incapable d'annoncer un quelconque pronostic. Son expérience lui a donné à voir tous les cas de figure : régression, stabilisation et évolution, que ce soit in utero ou ex utero, avec des séquelles et handicaps plus ou moins lourds.

Contrairement à ce que nous a dit le Dr Brasseur mercredi (mais nous avions peut-être mal interprété ses propos...), l'explication mécanique n'exclut en rien la cause génétique et ne permet en rien d'être rassurés, d'autant plus que l'association des deux anomalies reste un sujet majeur d'inquiétude.

Le Professeur Marret a de nouveau abordé le sujet de l'interruption de grossesse pour Élise. Sans chercher à nous influencer dans un sens ou dans l'autre, il a rappelé à plusieurs reprises que Gaspard allait bien et que toute décision en faveur d'Élise pouvait être défavorable à son frère. Comprenant qu'il faisait allusion aux risques liés à la prématurité, nous lui avons demandé si, dans le cas où nous déciderions de donner toutes ses chances à Élise et de déclencher un accouchement précoce, il était possible de limiter les risques liés à la prématurité. Sans rentrer dans les détails, il nous a confirmé qu'il existait certaines solutions, notamment par rapport à l'autonomie des poumons, etc.

À la fin de notre entretien, le Professeur Marret nous a recommandé de rencontrer à nouveau le Professeur Verspyck, gynécologue obstétricien spécialisé en médecine foetale. Comme notre gynécologue "classique" n'avait pas l'air disposée à évoquer l'interruption de grossesse lors de notre dernière consultation il y a une semaine, nous avons effectivement sollicité un nouveau rendez-vous avec le Professeur Verspyck pour obtenir toutes les informations concrètes autour de l'accouchement, quelle qu'en soit la tournure, afin de pouvoir prendre notre décision en toute connaissance de cause et par rapport à tous les aspects.

Cette semaine (et pour la première fois depuis un moment et sans doute pour la dernière fois avant un moment !), nous n'avons aucun rendez-vous au CHU, nous rencontrerons à nouveau le Professeur Verspyck et repasserons une échographie avec le Dr Brasseur la semaine prochaine. En attendant, nous soufflons autant que possible loin du CHU, dans la maison de vacances de mes parents au bord de la mer !

Neuropédiatrie

05 juillet 2013

Maintenant, je suis grande

Maintenant, je suis grande : je sais quand je dois me maquiller ou non.

Pour les consultations classiques avec la sage-femme, la gynéco et l'acupunctrice, je suis capable de laisser les vannes fermées.

Pour les échographies, les consultations avec les spécialistes et les séances de préparation à l'accouchement/la naissance, je sais que je dois éviter le mascara si je ne veux pas me transformer en panda.

Les épreuves de la vie, ça vous construit et ça vous en apprend beaucoup sur vous-même... du plus profond de votre âme à la plus légère des futilités !

Connais-toi toi-même ("gnothi seauton", comme diraient les Grecs)

Posté par Tannabelle à 21:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,