13 janvier 2015

Préparatifs

Pour la sécurité sociale, le terme pour la naissance de Hector est prévu le 14 février. Pour beaucoup, c'est une bonne date - rapport à la Saint Valentin.
Premièrement, cette date ne veut rien dire pour mon mari et moi. Nous ne l'avons jamais fêtée, préférant célébrer nos anniversaires de rencontre et de mariage, bien plus significatifs.
Deuxièmement, je ne vois pas le rapport entre la Saint Valentin et la naissance prévue d'un enfant. Ah si, un enfant, c'est le fruit de l'amour de ses parents, tout ça, tout ça.

Pour l'hôpital où je suis suivie, le terme serait plutôt prévu le 10 février, c'est-à-dire dans un moins d'un mois. Le compte-à-rebours ayant commencé et une fausse alerte ayant retenti il y a quelques jours déjà, il est temps de poursuivre les préparatifs de l'arrivée de Hector.

Nous ne savons même pas encore comment nous allons faire, en termes d'organisation et d'aménagement des chambres, notamment par rapport au fait que Gaspard porte encore des couches et que notre commode à langer est dans la chambre de Hector. Mais il y a au moins deux choses que nous avons préparées : les premiers vêtements de Hector et la valise pour la maternité.

Les vêtements

Concrètement, ça a commencé samedi par du tri dans les vêtements de bébé. Heureusement que ma cousine, qui nous avait prêté des vêtements pour Gaspard, est elle aussi enceinte (de quelques semaines de moins que moi) : c'est ce qui m'a motivée à mettre de côté d'une part les vêtements à lui rendre, d'autre part les premiers vêtements que Hector portera.

J'ai voulu commencer ce tri alors que j'étais seule avec Gaspard. Vaquer à ses occupations tout en veillant sur un petit bout de presque 16 mois qui court partout n'est pas chose aisée, surtout à 8 mois de grossesse et quand lesdites occupations ne sont pas neutres émotionnellement.

Je n'en avais pas conscience (mais devais le savoir quand même, quelque part au fond de moi, vu le nombre de fois où j'ai reporté ce tri pourtant inévitable) mais m'occuper de ces vêtements a fait (re)surgir beaucoup d'émotions. De la nostalgie, des regrets, des fantasmes, de la joie, de l'impatience, de la peur.
Parce que la dernière fois que j'ai préparé ces mêmes vêtements, c'était pour Gaspard et Élise était encore là, encore vivante même. Quelle situation cruelle, quand j'y repense : préparer des vêtements pour son fils en faisant comme sa fille n'était pas là !
Parce que la dernière fois que j'ai préparé des vêtements de nouveau-né, j'aurais dû les préparer pour deux nouveaux-nés.
Parce que je suis heureuse de préparer ces vêtements pour Hector mais que tant qu'il ne sera pas là, dans mes bras, vivant, une alarme sera active dans ma tête.
Je n'arrivais pas à me concentrer, à m'organiser ; Gaspard m'énervait pour un oui ou pour un non ; les larmes coulaient. Mon mari est finalement rentré et s'est occupé de Gaspard pour me laisser souffler et terminer aussi tranquillement que possible.
Ces préparatifs, en apparence si banals et si joyeux, ne se sont pas faits sans mal.

Et dire qu'il faudra bientôt remettre ça, puisque je me suis pour l'instant contentée du minimum : mettre de côté les vêtements taille naissance et taille 1 mois.

La valise

Déjà avant la fausse alerte de fin décembre, mon mari et moi avions en tête qu'il ne faudrait pas tarder à préparer la fameuse "valise pour la maternité". Là encore, j'ai repoussé le moment fatidique, plus ou moins consciemment. Ce n'est que dimanche que je me suis décidée à rechercher, sur l'ordinateur, la liste que j'avais faite pour la naissance des grumeaux. Doutant de l'avoir conservée, je n'étais pas sûre de la retrouver. Finalement, elle m'attendait bien sagement. Et quelle ironie en voyant la date de dernier enregistrement de ladite liste : le 7 septembre 2013. Même si j'ai passé deux autres nuits chez moi entre ce 7 septembre et la naissance d'Élise et Gaspard, cette date marque pour moi le début de la fin de la grossesse des grumeaux.

Mon mari s'attend donc à ce que l'histoire se reproduise : le jour où j'aurai bouclé la valise pour Hector marquera la fin de cette grossesse. ;-) Et c'est justement aujourd'hui que je m'y attelle !

Là aussi, beaucoup d'émotions en passant en revue ce que nous avions prévu d'emporter pour Gaspard et Élise : la liste était tellement plus courte et plus lourde de sens d'un côté que de l'autre...

Une preuve de plus, pour ceux qui en auraient besoin, qu'apprendre à vivre avec l'absence de son enfant est un travail de tous les instants...

Réflexion


12 juillet 2013

Un bonnet pour Élise

Même si on ne sait pas encore quel destin aura Élise, je n'ai pu m'empêcher de commander ce bonnet de petite fille à ma mère, seule exception à la règle que nous nous sommes fixé, à savoir ne pas trop anticiper sur les achats, l'ameublement, les vêtements, etc. tant que nous ne savons pas si nous accueillerons un ou deux grumeaux.

image

J'espère de tout mon coeur de presque-maman que nous n'aurons pas à le détricoter...

Posté par Tannabelle à 11:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

1, 2, 3, 4 chaussons !

Ça y est : les 4 chaussons sont terminés... après quelques semaines sans y toucher et avec l'aide de Mamoun', bien sûr !

image

Posté par Tannabelle à 11:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 mai 2013

Mobile de montgolfières - Épisode 2

Et voilà ! Mon premier mobile (détails de fabrication ici) est terminé. :-) Il ne restera plus qu'à le fixer au-dessus du lit mais, là encore, nous attendrons que le lit soit choisi et la chambre prête !

Envol de montgolfières 2           Envol de montgolfières

Je vais maintenant pouvoir m'attaquer au deuxième mobile, qui n'a rien à voir avec ces petits ballons, même si ça rime... suspens ! ;-)

Posté par Tannabelle à 19:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 mai 2013

Mobile de montgolfières - Épisode 1

Pour diversifier mes activités anti-ennui pendant ces longues journées où je suis cloîtrée chez moi, j'ai décidé, en parallèle - entre autres - de mon repérage pour "l'équipement" des grumeaux et du tricot, de fabriquer moi-même les mobiles à poser au-dessus des lits des grumeaux, plutôt que de dépenser des fortunes dans des mobiles sans âme et sans amour.

Après avoir un peu farfouillé sur le net, je suis tombée amoureuse de cet envol de montgolfières et mon homme a validé mon choix :

Mobile montgolfières

J'adoooooore ces petits ballons tout mignons et en plus j'avais déjà tout ce qu'il fallait pour me lancer dans la fabrication dès aujourd'hui dimanche ! Après avoir réalisé le patron avec mon homme, et à force de découpes et de collages, j'ai pour l'instant réalisé 4 ballons, dont je suis assez fière.

Je table pour l'instant sur une dizaine de ballons pour réaliser un mobile, je verrai en allant si c'est suffisant ou non pour "bien rendre".

Si ce modèle vous plaît, voici le matériel dont vous avez besoin :

  • différents papiers aux coloris et motifs variés selon vos envies (un peu épais pour qu'ils résistent au découpage, aux manipulations et au collage),
  • de quoi faire le patron (je l'avais au format numérique et l'ai imprimé directement sur les papiers mais vous pouvez aussi utiliser un crayon de bois et du papier calque pour le reproduire à la main sur les papiers),
  • des ciseaux assez fins (type de couturière dans l'idéal),
  • de la colle pour papier et carton,
  • de la ficelle.

Et voici les quelques étapes (très simples) pour le reproduire :

  • Concevoir votre patron selon la forme et les dimensions souhaitées ou utiliser le mien, qui mesure environ 4,5 cm de haut sur 3,5 cm de large. J'ai supprimé après coup les traits inutiles sur ce patron mais ils apparaissent encore sur mes échantillons.

    Mobile montgolfières 1

  • Sélectionner les papiers.
    Chez moi, j'avais déjà un petit stock de papiers à motifs et coloris différents de ce genre :

    Mobile montgolfières 2

  • Imprimer le patron de montgolfière directement au dos des papiers sélectionnés (ou le décalquer).
    Prévoir 6 dessins de montgolfières pour obtenir une montgolfière "en relief".
    Sur l'image ci-dessous, on voit clairement les montgolfières au recto et on distingue les motifs du papier au verso :

    Mobile montgolfières 3

  • Découper les montgolfières :

    Mobile montgolfières 4

  • Plier les montgolfières au milieu, dans le sens de la hauteur, de façon à ce que la pliure soit "à l'intérieur" du côté du motif ou de la couleur :

    Mobile montgolfières 5

  • Coller les six montgolfières deux par deux et demi-face contre demi-face, puis coller deux "duos" de montgolfières demi-face contre demi-face :

    Mobile montgolfières 6

  • Lorsque vous avez un "quatuor" de montgolfières et un "duo" de montgolfières, couper la ficelle à la longueur désirée (sans oublier qu'il faudra la replier sur elle-même pour qu'elle forme une boucle) et l'insérer au centre de la montgolfière en la collant :

    Mobile montgolfières 7

  • Coller le dernier "duo" de montgolfières et le dernier "quatuor" de montgolfières... Votre montgolfière est terminée !

    Mobile montgolfières 8

Il ne vous reste plus qu'à réaliser autant de montgolfières que vous le souhaitez, en variant les couleurs, les motifs, et les longueurs de ficelle !

Pour l'instant, je n'ai pas encore réfléchi au type de support, je me pencherai sur la question une fois toutes mes montgolfières terminées.

En revanche, je n'ai pas envie de faire deux fois le même mobile : notre mot d'ordre pour les grumeaux est d'encourager à la fois leur complicité et leur individualité. Nous nous refusons à tout faire en double, à les habiller de la même façon, à ne leur offrir qu'un cadeau commun, etc. En l'occurrence, ça se traduit - à mon sens - par un mobile chacun (évidemment !) mais pas sur le même modèle. J'ai d'ailleurs repéré d'autres idées de mobiles, je vous en reparlerai quand j'aurai avancé sur la question.

Posté par Tannabelle à 18:17 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 mai 2013

Tricoti-tricoton !

Je suis maintenant en arrêt depuis plus de deux mois et risque de le rester jusqu'au début de mon congé maternité qui doit démarrer le 5 août. Comme je suis interdite de voiture et de marche, et condamnée au repos (sans devoir être alitée en permanence - pour l'instant ? - heureusement !), les journées passent plus ou moins vite selon mon humeur, mes envies, mes sollicitations, mes impératifs...

Pour éviter l'ennui et mettre à profit tout ce temps qui s'offre à moi, j'ai décidé de me lancer dans le fait-main pour certains préparatifs de l'arrivée des grumeaux : j'ai donc demandé à ma mère de m'apprendre à tricoter. N'ayant pas de talent manuel particulier (même si j'aime faire des choses de mes mains, pourvu que j'aie l'inspiration), je ne peux me lancer que dans des choses accessibles aux débutantes, du moins pour le moment. Je laisse les choses plus subtiles à ma mère, qui se débrouillera très bien : doudous-grenouilles, bonnets "compliqués", gigoteuses, etc.

De mon côté, je me suis donc lancée dans la réalisation de chaussons. Après quelques pas en avant pour autant de pas en arrière, ils commencent à prendre forme, même si je suis pour l'instant bloquée à une étape qui nécessite l'aide de ma mère (qui habite à 200 km de chez moi et que je ne vois donc que de temps en temps). Heureusement, à ce stade, mes aiguilles sont libérées : je peux donc tricoter les 4 chaussons jusqu'à cette étape, en attendant de revoir ma mère pour avancer encore.

Où j'en suis (pour les 2 premiers chaussons, il me reste les 2 autres à commencer) :

Chausson

A quoi ils doivent ressembler :

Chaussons modèle

Posté par Tannabelle à 22:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,