08 septembre 2018

Jeudi 30 août 2018

Agathe est née le jeudi 30 août 2018 à 01h59.

 

(Je reviendrai prochainement sur cet accouchement qui est loin de s'être deroulé comme nous l'imaginions...)

Posté par Tannabelle à 21:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


02 mai 2018

J'vous ai pas dit !

Pour Élise et Gaspard, j'avais pris 14 kg. "Seulement", j'ai envie de dire ! :-)

Pour Hector, j'avais pris 10 kg. "Seulement" aussi, j'ai toujours envie de dire ! :-)

Et cette fois-ci, alors que je m'apprête à rentrer dans mon sixième mois, j'en suis à... -5 kg ! Oui oui ! Je n'ai effectivement pas pris un gramme et j'en ai même perdu 5000 en tout début de grossesse : merci le manque d'appétit le premier mois (c'était sympa, Noël et Nouvel an !) et merci la grippe le deuxième mois ! Et depuis, je continue à manger correctement, de façon variée et équilibrée.

Même s'il me reste 4 mois, cela m'apporte une certaine satisfaction et un soulagement certain : ce sera toujours ça de moins à perdre après ! :-)

IMG_2290

Posté par Tannabelle à 07:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 avril 2018

Comme dans un jeu vidéo

Comme nous l'espérions, nous avons reçu la semaine dernière le résultat du DPNI : il est NÉGATIF ! Cela veut donc dire qu'il est certain à plus de 99% que ce bébé n'est pas atteint de trisomie 13, 18 ou 21 ! Un véritable soulagement, évidemment, "même si"...

Nous avons également passé l'échographie du deuxième trimestre, la troisième déjà, sans compter les trois toutes premières réalisées en janvier dans le service d'AMP pour surveiller l'évolutivité de la grossesse.
Nous en avions réalisé une il y a un peu moins d'un mois, au même stade que celui auquel les malformations d'Élise avaient été détectées et qui s'était avérée rassurante, même si la récidive ne nous inquiétait pas plus que cela dans la mesure où nous nous sommes faits à l'idée que le syndrome polymalformatif d'Élise n'est que le résultat de la "faute à pas de chance", en l'état actuel des connaissances scientifiques du moins.

L'échographie réalisée vendredi dernier n'a elle non plus rien détecté. Je ne dirai pas que tout va bien, car ce n'est jamais le message d'une échographie ! Cela reste un examen médical, qui dépend de nombreux facteurs. Comme cela est explicitement indiqué dans le compte rendu du gynécologue, ce que nous pouvons en retenir, c'est "l'absence d'anomalie morphologique échograohiquement décelable à ce jour".
Par précaution et dans son état d'esprit un peu "jusque-boutiste", notre échographiste va demander à l'une de ses collègues de réaliser ce qu'il appelle une échographie de référence, pour avoir un deuxième regard, compte tenu de notre parcours. Sans compter l'échographie qu'il veut me faire passer vers 28 semaines d'aménhorrée pour je ne sais plus quelle raison précise et celle du 3e trimestre, j'en serai à peu près à 1 échographie par mois, comme pour la grossesse de Hector.

Mais comme deux bonnes nouvelles rassurantes n'arrivent jamais seules, deux bémols se sont fait entendre.
Le premier, c'est que j'ai pour l'instant un "placenta bas inséré" (également appelé "placenta praevia") qui se situe à 2 cm du col. Il a encore pleinement le temps de remonter pour mieux se placer d'ici la fin de la grossesse mais il implique actuellement du repos et l'interdiction de porter. Si la situation perdure, il faudra envisager d'autres mesures plus radicales, mais gardons en tête que je n'en suis pas encore là !
Le deuxième, c'est que j'ai un taux de HCG nettement supérieur à la normale. Cela est apparemment synonyme de risque d'hypertension (et donc de pré-éclampsie) et de retard foetal.
La surveillance est donc de mise et la sérénité définitivement jetée aux oubliettes !

Moi qui rêvais d'une grossesse tranquille, dans mon coin, avec ma sage-femme et les 3 échographies réglementaires, je crois que j'ai refilé ma place à quelqu'un d'autre à mon insu !

Avec ce lot de petites ou grandes annonces plus ou moins graves, plus ou moins impactantes, j'ai parfois l'impression d'être dans un jeu vidéo. Je me sens comme un petit vaisseau spatial qui doit éviter les météorites : les trois principales trisomies, c'est fait ; la récivide des malformations d'Élise, c'est fait. Mais reste encore ce qui, je l'espère, ne restera que des turbulences pour cette deuxième moitié de grossesse !

jeu video

13 avril 2018

L'attente

Il y a près d'un mois, nous avons reçu un résultat d'analyse que nous n'attendions pas.

Lors de notre premier rendez-vous avec le gynéco qui suit désormais cette grossesse, celui-ci avait un sacré retard (chronique, vraisemblablement, étant donné les quelques rendez-vous qui ont suivi et qui ont été du même acabit, voire pire !), qui a donné lieu à une certaine confusion. Confusion dans laquelle a été réalisée une prise de sang dont nous avions compris qu'elle ne devait servir qu'à déterminer le rhésus du bébé, rapport à mon propre rhésus négatif, potentiellement dangereux si celui du bébé est positif (et c'est confirmé : le bébé est de rhésus positif).

Or, lors du rendez-vous suivant auquel je me suis rendue seule, le gynéco m'a informée d'un autre résultat établi à partir de cette même prise de sang : le tri-test, c'est-à-dire les marqueurs sériques de la trisomie 21. Et il s'avère que je suis quasiment dans la catégorie à "risque accru". Cette limite est fixée à 1/250 et je suis à 1/286. À 36 près, donc, sur une échelle de plusieurs centaines ou milliers !

 

Quasiment

Ce quasiment est important à double titre. Premièrement, si je ne suis pas officiellement en risque élevé, je n'en suis pas loin et cela suffit à faire naître angoisses et doutes.

Deuxièmement, cette nuance a une incidence sur le suivi de la grossesse et la prise en charge de ce suivi. Lorsque l'on est à risque accru, on se voit systématiquement proposer une amniocentèse, entièrement prise en charge par la sécurité sociale. Lorsque l'on n'est pas en risque accru, le gynéco est légalement obligé de nous informer de la possibilité de réaliser une prise de sang supplémentaire (appelée DPNI, pour diagnostic prénatal non invasif, et qui recherche les trisomies 13, 18 - létales - et 21), fiable à 99%, mais qui n'est absolument pas prise en charge par la sécurité sociale (ni par notre mutuelle, contrairement à d'autres, sous prétexte - je cite - qu'elle n'est "pas prise en charge par la sécurité sociale"... Excusez-moi si je me trompe mais l'intérêt d'une mutuelle n'est-il pas de prendre le relais de la sécu ?! Bref...). Le seul hic, c'est que cette analyse coûte la modique somme de 390€ ! Je croyais que la médecine à deux vitesses n'existait pas de notre côté de l'Atlantique... Force est de constater que j'étais plutôt naïve ! Pour résumer, ce tri-test permet potentiellement au médecin d'ouvrir la boîte de Pandore, qui est ensuite obligé de dire aux parents "débrouillez-vous avec le résultat. Si vous avez les moyens, tant mieux ; sinon, prenez vos angoisses en patience jusqu'à la naissance !". À mon sens, il vaudrait mieux annoncer la couleur jusqu'au bout avant même de réaliser le tri-test !

 

Nous ne voulions pas savoir

Sans parler des angoisses qui nous taraudent depuis l'annonce de ce résultat - angoisses qui seront soit levées soit confirmées la semaine prochaine normalement - ce qui me fait enrager est que nous ne voulions PAS faire ce tri-test ! Pour Élise et Gaspard, la question ne s'était pas posée, car cette analyse ne se justifie vraisemblablement pas en cas de grossesse multiple, faute de pertinence. Pour Hector, la question s'était posée, mais compte tenu des informations dont nous disposions (clarté nucale peu épaisse, âge maternel peu avancé), nous avions refusé. Or, même si j'ai aujourd'hui 4 ans de plus que pendant la grossesse de Hector, mon âge reste peu élevé à cet égard et la clarté nucale est cette fois encore peu épaisse ! Et voilà que nous traversons une zone de turbulences dont nous n'avions franchement pas besoin, tout ça pour - appelez ça comme vous voulez - un malentendu, une désinformation ou un manque de communication... Pfff...

 

"Même si"

Grâce à la générosité de notre entourage, nous avons pu faire cette analyse sereinement d'un point de vue financier et attendons donc maintenant les résultats d'ici quelques jours a priori. Et je dois dire que je suis actuellement animée autant par l'impatience que l'inquiétude... Même si nous n'avons pour l'instant aucune décision à prendre, cette période d'attente nous projette malgré nous dans une situation où nous devrons peut-être à nouveau choisir...

Même si la vie avec un enfant porteur de trisomie ne ressemblerait vraiment pas à celle que j'imaginais, je ne me vois pas aujourd'hui revivre une interruption médicale de grossesse... Mais est-ce une raison suffisante pour prendre une telle décision ?! Je sais que des demandes d'IMG sont accordées pour trisomie 21 (tout comme certaines sont refusées), c'est donc que la question mérite d'être posée, non ?! Mais si le "critère" que je m'étais fixé pour Élise (pouvoir échanger avec elle, n'importe quoi, n'importe comment... un regard, un sourire, une émotion...) est rempli pour cet enfant qui ne serait "que" T21, pourquoi faudrait-il se poser la question ?!

Avec mon mari, nous sommes a priori décidés à garder cet enfant "même si". Mais ce n'est pas pour autant que l'attente est sereine. Nous le garderons "même si", mais ce n'est pas de cet enfant, pas de cette vie que je veux... Et ce sentiment est aussi contradictoire que culpabilisant... Décider d'accueillir un enfant dont ne voudrions pas, ça me tourmente...

J'avoue avoir du mal à comprendre le sens de tout ça si au final tout se résume à une fausse alerte... C'est pourtant ce que j'espère profondément...

Neuropédiatrie

 

13 février 2015

Lundi 09 février 2015

Hector est né le lundi 09 février 2015 à 22h33.

Posté par Tannabelle à 15:10 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,


26 juillet 2014

Symptômes

Nous saurons avec l'échographie prévue dans quelques jours si le haricot est toujours là et comment il va pour l'instant. En attendant, quelques indices me laissent penser que je suis toujours enceinte.

Comme l'an dernier, ce début de grossesse est placé sous le signe de la fatigue. Mais, à la différence de ma première grossesse, grasses mat' et siestes ne sont plus vraiment au rendez-vous avec un crapaud sur lequel veiller :-)

Il semblerait également que ma poitrine se prépare à un nouveau changement.

Et surtout, mes "envies de fraises" commencent à ressurgir.
La première de cette nouvelle grossesse, c'était hier.
Il était un peu plus de 9 heures du matin.
Gaspard dormait encore.
Mon homme et moi nous apprêtions à petit-déjeuner.
La table était mise.
Le café coulait. Le lait chauffait. Le beurre ramollissait.
Le pot de Nutella attendait qu'on lui règle son compte une bonne fois pour toutes.
Et c'est là que j'ai été prise d'une irrésistible envie de... sauce au poivre !
Pas d'un bon morceau de viande grillée assaisonné d'un peu de sauce au poivre.
Non, de sauce au poivre tout court, sans rien à assaisonner.
De sauce au poivre à dévorer déguster à la petite cuiller directement dans le pot.
Et pourtant je me suis retenue.
Mais je me suis vengée le soir en savourant de la sauce au poivre assaisonnée de saucisses au barbecue. Non mais !

Sauce au poivre

Posté par Tannabelle à 10:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 novembre 2013

Traces

Il n'y a pas que dans mon coeur que les grumeaux ont laissé leur empreinte...

Vergetures 2

Je vais définitivement pouvoir participer au projet "A beautiful body" de Jade Beall !

Posté par Tannabelle à 09:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

21 septembre 2013

Jeudi 19 septembre 2013

Élise est née sans vie le jeudi 19 septembre 2013 à 00h22.

Gaspard est né le jeudi 19 septembre 2013 à 00h27.

Mercredi 18 septembre 2013

Élise, notre petite étoile filante, a rendu son dernier souffle dans mon ventre mercredi 18 septembre 2013 à 12h15.

J'ai dans les bottes des montagnes de questions
Où subsiste encore ton écho...

Alain Bashung

07 septembre 2013

Les p'tits trucs cool et moins cool... - Épisode 2

Je continue ma petite liste... en vrac (à vous de décider de ce qui est cool et de ce qui l'est moins !) :

  • Faire des économies de crème hydratante, à force d'échographies "il-ne-faut-plus-rien-mettre-sur-le-ventre-une-semaine-avant" tous les quinze jours.
  • Avoir une place assise "garantie" dans le métro et le bus mais pas forcément la priorité aux caisses dites prioritaires du supermarché - Moralité : les gens qui voyagent sont plus polis et compréhensifs que les gens qui font leurs courses !
  • Avoir une bonne excuse pour ne plus faire le ménage.
  • Être réveillée trois fois par nuit par une envie pressante. Ça me prépare un peu aux tétées nocturnes, vous me direz !
  • Avoir besoin de trois oreillers, une peluche et un coussin de grossesse pour trouver une position presque agréable pour dormir... mais être réveillée quand même par l'inconfort et la douleur provoqués par chaque changement de position nocturne.
  • Coudre devant Motus et goûter devant Des chiffres et des lettres : no comment ;-)
  • Faire le plein de slips jetables et de protections hygiéniques "maxi" pour la maternité. Oui, je sais ce que vous allez dire : "Quoi ?! Elle compte se fourvoyer avec des produits jetables alors qu'elle nous a fait suer avec, entre autres, ses pochettes alimentairesses papillotes sans aluminium et son filtre à café réutilisable ?!" Je n'en suis pas fière mais je l'admets. Il faut dire qu'avec toutes les recherches que j'ai faites et tous les témoignages que j'ai lus au moment de préparer ma liste pour la maternité, je me suis résolue à ne pas "ruiner" mes serviettes lavables ni mes culottes chéries :-)
  • Se mettre au tricot (bon, juste deux paires de chaussons - terminées ! - et une couverture - toujours en cours !) et même à la couture (bon, juste des petits ourlets de rideaux d'étagère provisoire).
  • Avoir des Knacki ball à la place des chevilles, des pieds et des orteils.
  • Avoir le courage de se lever à 8h le samedi matin pour les séances de préparation à l'accouchement en piscine rien que pour avoir le plaisir (et l'illusion) de se sentir légère dans l'eau.
  • Repenser à la mésaventure de sa coupine et penser à retirer son alliance et sa bague de fiançailles avant qu'il ne soit trop tard.
  • Être essoufflée rien qu'en se mettant au lit.
  • Se demander, en voyant la liste pour la maternité, comment tout va rentrer dans un bagage de taille raisonnable.
  • "Kiffer grave" les mouvements des grumeaux qui s'agitent dans mon ventre.
  • Pour une fois, avoir le ventre plus gros que les seins.

Posté par Tannabelle à 00:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,